Alio Die


ALIO DIE – Passwords for Entheogenic Experience (Hic Sunt Leones)

BOUM !… On croyait que le tiercé de l’ambient était inamovible (ROACH, RICH, avec éventuellement REYES ou Vidna OBMANA en jour de forme). Depuis 1994, de nouvelles têtes se pointent à l’horizon et il semble qu’elles appartiennent d’ores et déjà à de futurs géants (non, je n’ai pas dit qu’ALIO DIE avait la grosse tête) : TUU, GRASSOW, BAGHIRI, et ALIO DIE. Des outsiders qui, artistiquement , sont déjà des confirmations. ALIO DIE, nom d’artiste de Stephano MUSSO, suite à la brillantissime collaboration avec RICH (Fissure) pond ici l’excellent Password… que, pour ma part, je considère de très loin supérieur à tout ce qui s’est fait en ambient depuis… euh depuis, disons, Spello de Brian ENO. Sur une île déserte, si j’amenais trois l’albums, ce serait sans aucun doute : The Magnificient Void de Steve ROACH, Fissure de RICH & ALIO DIE, et cet album. En un titre de 64 minutes, qui jamais ne lasse contrairement à pas mal de longs morceaux du même genre (Slow Heat de ROACH, ou certains passages de Ascension of Shadow de ROACH & Vidna OBMANA sont à ce titre particulièrement éprouvants), bref en un titre Stephano MUSSO s’impose avec la crème de la crème. On sentait l’homme en forme dans Suspended Feather, mais de là à faire un bond de ce genre ! Certainement le premier musicien ayant servi de cobaye pour les O.G.M. Résumons : … BOUM ! Grosse surprise (voire même très grosse surprise).

(Pour l’anecdote, disons qu’il s’agit de nappes de synthé en mineur, avec des bruitages ; pour l’essentiel, retenons que c’est de la musique, de la vraie, ce qui dans ce genre ambiant reste rare.) Disponible chez Wave.

Héry, Le Chroniqueur Fou

 Vidna OBMANA & ALIO DIE – Echo Passage (Musica Maxima Magnetica)

Ça plane et ça plane. Vidna et ses nappes me mettent, je l’avoue, un peu mal à l'aise. ALIO DIE essaie en vain d’épaissir la tessiture, le malaise persiste, et seul le final puissant finit par avoir raison de Vidna OBMANA.

Héry

 

ALIO DIE - Incantamento
(Hic Sunt Leones)

ALIO DIE, le pape de l'ambient italienne, nous propose en deux titres une descente dans les profondeurs de l'âme. Le premier, Alunae, composé en majeur (influence Vidna OBMANA?) voudrait nous rappeler l'Eden en 50 minutes. Le second moins ambitieux (20 minutes) porte le titre bien nommé de Waters, avec un rythme simple de cymbales superposées sur une nappe éveille en l'auditeur un état de vigilance mystique, d'attente et d'apaisement tout à la fois. Cette sensation assez typique de Stephano MUSSO (on se rappelle à l'occasion de Fissure en collaboration avec Robert RICH, ou de Password for entheogenic experience), laisse ici penser que le label Hic Sunt Leones semble désormais se tourner résolument vers une musique moins crispante, moins ésotérique que par le passé, plus harmonieuse, que confirme la distribution de The Reborn of the Rebel Angel de OPIUM qui, comme cet Incantamento , fond sous l'oreille. De plus, la jaquette du boitier contient des fleurs séchées, dernier signe de l'esprit anti-commercial et novateur de Hic Sunt Leones. Tout en restant underground dans sa démarche, le label finit par ressembler comme un frère à Arya, également italien, qui d'emblée s'était tourné vers les lumières angéliques du new age.

Héry

 

Tous les produits
Pop, V.F., Jazz...
DVD

Recherche par mots clés


Retour page d'accueil de Traverses / Back to main page
Retour
liste chroniques / Back to Reviews list