TRAVERSES - Terra Ambient

TERRA AMBIENT – The Gate (Lotuspike)

Pas très original pour un artiste d’ambient, en l’occurrence Jeff KOWAL, de se dénommer TERRA AMBIENT. Les titres sont à l’aune du pseudonyme du musicien, c’est-à-dire des poncifs du genre (Sandstorm Dreaming, Westerly Prayer). La pochette frise le gothique, et avec le nom de l’album, The Gate, nous sombrons dans l’ésotérisme à 2 balles (pardon, à 2 euros). A l’intérieur de la jaquette face à ses écrans et claviers, Jeff se la joue moderne, d’autant plus qu’on a beau s’échiner à lire et à relire la liste (impressionnante !) d’instruments utilisés, on ne trouve pas de trace de synthé. Premier élément plutôt sympathique donc. L’arsenal comprend de la flûte bansuri, des percussions diverses (kalimba, udu, dumbek, djembe, shaker, berimbau, tambour chamanique, tinksha, grattoir, conga et un couvercle de bac à ordures ; visiblement notre homme ne s’embarrasse pas du mélange des influences subtiles opposées), du didjeridoo, des bols tibétains, des gongs chinois, de la pipa, du chant simple et du chant harmonique et pour finir de la guitare modifiée. Deuxième élément sympathique : l’artiste remercie Robert RICH pour son amitié et ses conseils.

A l’écoute, l’album est excellent, plus vous l’écoutez, plus vous l’aimez. C’est une copie conforme de TUU à ses débuts, avec à la place du synthé, le grain plus rugueux de la guitare jouée au E-Bow. Les percussions évoquent tantôt l’Amérique latine du trio Jorge REYES, Suzo SAIZ, Steve ROACH, tantôt le Bali de TUU ou de Loren NERELL, tantôt la frappe orientalisante du Robert RICH de Seven Veils. Les espaces sont larges, amples (les nappes les plus fines sont toutes faites à la voix) et évoquent d’emblée l’école Steve ROACH. On le voit, Jeff KOWAL a parfaitement intégré ses influences, mais se contente de rester dans les limites d’un territoire parfaitement balisé. Au-delà de cette excellente galette se pose déjà depuis quelques années la question du renouvellement du genre, d’autant plus que dans ce domaine qui n’est pas soumis à la pression commerciale (dû au peu de ventes des albums), les artistes n’ont pas d’autre raison de s’aligner sur un style (voire un archétype) que leur manque de personnalité. Je soupçonne fortement Jeff KOWALL d’avoir une très bonne culture de l’ambient mais par ailleurs de n’en avoir aucune dans les autres domaines et surtout pas dans celui de la spiritualité. TERRA AMBIENT est à TUU ce que MARILLION est à GENESIS, alors si comme moi vous avez aimé TUU, vous pourrez écouter The Gate de TERRA AMBIENT.

Pour terminer sur une note moins aigrie, il semblerait, par ouïe-dire, que ce deuxième album soit plus réussi que le premier. Dans l’optique d’une telle progression, j’espère que Jeff KOWALL amènera du neuf dans son troisième opus. En tout cas, l’affaire sera à suivre, cela valant également pour le label naissant Lotuspike.

Sites : http://terraambient.com   - www.lotuspike.com

Héry

 

 

Tous les produits
Pop, V.F., Jazz...
DVD

Recherche par mots clés


Retour page d'accueil de Traverses / Back to main page
Retour
liste chroniques / Back to Reviews list